L'Ecolière

L'Ecolière

Les grandes découvertes

LES GRANDES DECOUVERTES, marquées dans l'histoire

La dragonologie fait son entrée dans la science à partir du XVIIIe siècle : les premiers explorateurs, s'élancent sur la piste des dragons et donnent une nouvelle ère à cette discipline…

 

De nouvelles bases :

C'est au XVIIIe siècle que la dragonologie s'est véritablement établie en tant que science et a connu de grands progrès. Jusque là, elle n'était fondée que sur des vieux textes, des anciennes croyances, des récits peu fiables et en plus déformés par le bouche-à-oreille. Mais comme pour d'autres sciences, elle a profité de l'essor des Lumières pour se refonder sur de nouvelles bases.

 

Un collège de dragonologie :

Notre rêve à tous : un collège, une école, une faculté de dragonologie où nous pourrions étudier les dragons en espérant les approcher un jour. Eh bien, notre rêve a existé : en Ecosse, en 1743, la première université ouvre ses portes. Le Collège de Dragonologie connu, comme vous vous en doutez, un vif succès dès son inauguration et la première promotion comptait déjà plus de 150 jeunes dragonologues pleins de talent. Durant plus de 200 ans, la fine fleur des savants ès dragons sortit de cette institution. Mais, l'établissement ferma suite à un grave accident intervenu dans la classe des draco cracheurs de feu, en 1767 (243 ans plus tôt en 2010).

 

  

Un Poudlard de dragons... 


Savants mais aussi aventuriers :

C'est donc à cette époque que les dragonologues se sont lancés à la recherche de plus d'informations et aussi pour étudier les dragons dans leur environnement naturel, au cœur des contrées les plus appréciées par eux. Mais ces expéditions d'études n'étaient pas sans risques et plusieurs de ces courageux savants en revinrent cruellement blessés. D'autres, plus malchanceux, y laissèrent leur vie, dont un des plus célèbres : Archibald Rutherford (1725-1762), disparu dans la nature sans laisser de traces alors qu'il pistait un dragon himalayen…

 

Des nouvelles connaissances :

Malgré ces tragiques pertes, les explorateurs permirent pourtant de rénover la dragonologie de fond en comble. On découvrit bon nombre d'éléments fondamentaux comme la cour du Père Dragon, les différents niveaux de croissance des dragons asiatiques, le rituel de reproduction du Draco Occidentalis (c'est sur ce dragon que portent tous les articles de la rubrique « dragonologie », son espèce étant plus répandue que celle des autres races)... Le docteur Harald Grodubois ramena même un œuf de dragon d'une expédition en Amazonie qu'il fit éclore chez lui ! Un vrai phénomène !

 

Une étude mal vue mais très bénéfique :

Harald Grodubois éleva l'œuf chez lui, dans son château entouré de terres immenses. Il put observer son compagnon durant toute sa croissance et ainsi apporter des renseignements très utiles pour la science. Cependant, ses recherches n'étaient pas très appréciées : les dragonologues sont contre l'élevage de dragon en captivité… Mais il faut tout de même reconnaître que ces connaissances supplémentaires nous ont été indispensables.


 C'est l'élevage d'un dragon qui permet à Harald Grodubois de faire progresser la science.


Un père fondateur :

Le grand August Drako (1526-1598), notre père bien aimé et précurseur de la dragonologie moderne, fut le premier à se désigner lui-même dragonologue et à appliquer ses connaissances de manière rigoureuse, se fondant sur des investigations personnelles et non sur des témoignages. Après une jeunesse à étudier les dragons sur le terrain, il se retira dans son manoir des Carpates. C'est là qu'il passa les trente dernières années de sa vie à analyser des données et à rédiger des ouvrages dragonologiques qui font référence aujourd'hui encore.



05/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres