L'Ecolière

L'Ecolière

Les Chants de la Walkyrie

La Malédiction de l'Anneau

Tome 1 : Les Chants de la Walkyrie

Edouard Brasey

 

Le Grand Maître vous parle de son oeuvre...

 

L'histoire : 

Le dieu Odin a désormais une lignée humaine : la jeune fille qu'il a violée sur les bords du Rhin a accouché d'un fils, Sigi. Devenu grand, celui-ci a perpétué la lignée avec son fils, Rérir, roi du royaume du Frankenland. Frigg, l'épouse d'Odin, a tout découvert. Elle est furieuse. Le roi des dieux l'a déjà maintes fois trompée avec d'autres divinités mais la descendance d'Odin se doit d'être nombreuse. En revanche, s'unir à un être humain est indigne de lui et de Frigg par la même occasion ! Elle ne peut supporter que son mari l'ait trompée avec une habitante de Midgard, la terre des hommes. Pour se venger, elle frappe d'infertilité l'épouse de Rérir pour mettre un terme à cette famille qui lui fait honte.

Mais Odin n'est pas d'accord. Il voue une certaine tendresse aux hommes et sachant l'avenir des dieux compté, il tient à ce qu'un petit morceau de leur lumière fleurisse éternellement sur Midgard. Il convoque sa fille préférée Brunehilde, l'une des neuf Walkyrie, pour lui confier une mission délicate : apporter à la reine du Frankenland une pomme d'éternelle jouvence volée au jardin de Freya afin qu'elle puisse de nouveau enfanter. Brunehilde nourrit la même fascination que son père pour les humains, mais descendre sur terre l'obligerait à renoncer à son statut de vierge guerrière et à ses pouvoirs magiques... 

 

Mon avis :

Le style est merveilleusement limpide et vivant : une pointe de poésie mélangée à un tourbillon de suspense ! Le texte est très visuel et très poignant ; plus d'une fois j'ai laissé une larme ou un frisson. Et l'histoire est incroyablement passionnante ! Moi qui connaissais certains aspects de la mythologie nordique par les quelques dragons et créatures qui l'habitent, j'ai pu encore approfondir ma connaissance de ce monde fabuleux. Edouard Brasey m'a convaincue de poursuivre mes lectures dans ce domaine et d'approfondir encore mes connaissances. C'est une nouvelle passion qui s'ouvre à moi !

J'ai adoré les personnages aussi. Je les trouve saisissants ; dépeints avec peu de mots, ils sont très réalistes et très reconnaissables. 

La première moitié du livre m'a transportée. Je l'ai lue en quelques jours, même pas. Je déplorais de me voir tourner les pages aussi vite, tellement j'étais ensorcelée, je ne voulais pas que ça s'arrête. Et puis, dans la deuxième moitié, quelques bémols - très, très, très légers - sont apparus. J'ai d'abord assez déploré que Brunehilde et Walsüng s'unissent... comme sur un coup de tête. J'aurais bien aimé percevoir mieux la nature des sentiments de Walsüng et surtout ceux de Brunehilde ! Epouser un homme - un enfant même ! - qu'on a vu grandir, qu'on a aimé comme une mère, ce n'est pas banal. J'ai trouvé ça d'abord assez précipité et puis, finalement, je me suis faite à l'idée. Ce Walsüng, tant que j'y pense, est présenté comme quelqu'un de très sage, qui a accumulé suffisamment de connaissances pour être un roi modèle pour le Frankenland. Et pourtant, c'est ce même sage qui refuse d'écouter les filles du Rhin et sa propre fille et envoie toute sa famille dans la mort pour cette seule raison : je suis le roi du Frankenland, je n'ai peur de personne ! J'étais furieuse !! Cette réaction est digne d'un gamin de treize ans pour moi ! Le sage souverain ne se révèle pas aussi sage qu'il devrait. De plus, sa réaction envers les jumeaux qu'il est le seul à savoir illégitimes m'a cruellement déçue. Je comprends bien qu'être le pseudo-père de deux enfants dont l'un est amené à régner alors qu'il n'est même pas du sang du roi puisse créer un malaise mais bon, s'il est aussi raisonné et vertueux, j'aurais préféré une réaction plus digne de lui. Il réagit comme n'importe qui aurait réagit et il n'est pas censé être n'importe qui.

Un dernier point qui m'a étonnée, dans la première partie du roman, c'est Brunehilde face aux pauvres villageois. Elle partage leur peine et leur souffrance mais elle ne fait rien pour les aider. Elle s'adapte au monde des hommes tel qu'il est, elle ne cherche pas à le changer. C'est... étrange ! :D Je ne m'attendais pas vraiment à cette attitude mais bon, peut-être que les contrastes qui unifient l'humanité font partie de ce qu'elle aime sur Midgard. 

Dans l'ensemble, je suis envoûtée ! J'ai énormément aimé. A part les quelques ridicules détails qui m'ont un peu refroidie, je suis à 100% partante pour lire le tome 2 et même le tome 3 tant qu'on y est ! Le jeu d'alliances et de mésalliances est formidable : la situation du livre est très complexe quand on y pense, aucun personnage n'a une vue complète de la situation, chacun sait et ignore quelque chose et c'est grâce au talent d'Edouard Brasey que tout est clair et précis dans nos têtes, rien ne se mélange malgré l'abondance des intrigues différentes !

 

walkyrie.jpg



29/12/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres